Homélie du jour – Dimanche 22 mars – frère Honorat

Catégories : Actualités,Homélies

Homélie dimanche 22 mars
Dans l’évangile de ce jour, les pharisiens sont face à un paradoxe apparent. D’un côté, Jésus fait un miracle inédit, ce qui semble manifester qu’il vient de Dieu. Mais dans le même temps, il n’observe apparemment pas le sabbat, ce qui semble prouver qu’il est infidèle à Dieu. Mais en réalité, les pharisiens commettent une grossière erreur : Ils confondent la loi de Dieu et leur manière de la comprendre. Pour être sûr de bien respecter le commandement de Dieu, ils ont rajouté des règles précisant ce qu’on peut faire ou ne pas faire le jour du sabbat. Ces règles ont quelque chose de bon, car elles ont pour objectif d’être fidèle à ce que Dieu demande. Mais cela pose problème lorsqu’elles deviennent un absolu. Ainsi, à force de s’attacher à leurs règles, les pharisiens ont fini par oublier le sens de la loi de Dieu et ils en sont venus à condamner un acte de miséricorde. En un mot, ils ont gravement manqué d’intelligence.

Dieu continue de demander le respect du sabbat. Plus précisément, il nous demande de sanctifier le jour du Seigneur, à savoir le dimanche. Le moyen par excellence pour cela est évidemment la participation à la célébration eucharistique. Ce jour-là, la communauté chrétienne se rassemble pour célébrer le mystère de notre salut. C’est d’ailleurs tellement important que l’Église en a fait un commandement : le devoir de tout baptisé d’assister à la messe dominicale. Mais comment sanctifier le dimanche alors que nous sommes privés de la messe ? On a trouvé le truc : on la regarde à la télé. Mais est-ce suffisant ?
Cela est loin d’être évident ! Prenez l’eucharistie : Dieu se rend présent à travers les espèces du pain et du vin. Ce que je vois, c’est du pain et du vin. Je crois qu’après la consécration, c’est le corps et le sang du Christ qui sont réellement présents à travers cette apparence de pain et de vin. Mais le problème pour nous, c’est que la vidéo ne retransmet rien de plus que les apparences du pain et du vin ! Elle ne retransmet pas la présence réelle ! En d’autres termes, Jésus n’est pas présent dans votre écran lorsqu’on film le Saint Sacrement. C’est d’ailleurs pour cela que nous n’avons pas voulu filmer les temps d’exposition du Saint-Sacrement.

Alors, à quoi cela sert-il de regarder la messe sur un écran ? – pour comprendre, il faut revenir au sens profond de la célébration eucharistique. Lors de la messe, nous célébrons l’offrande, le sacrifice que Jésus a fait de lui-même à la croix. Nous célébrons sa mort et sa résurrection. Ce mystère est le cœur de la foi chrétienne. Au moment, de la consécration, c’est le corps du Christ livré pour nous et le sang du Christ versé pour nous qui se rendent présents sur l’autel. Le simple fait de parler d’autel d’ailleurs nous rappelle ce caractère sacrificiel de la messe. C’est aussi pour cela qu’une croix est toujours disposée à proximité de l’autel. Quant à la communion, c’est le moment où nous nous unissons au Christ et à son offrande pour la gloire de Dieu et le salut de monde. La messe, c’est donc le moment pour excellence où la communauté chrétienne se rassemble et s’unie à Jésus. D’ailleurs, st Paul affirme que la communauté chrétienne, l’Église, c’est le corps du Christ. Nous sommes tous unis les uns aux autres par Jésus. C’est cela que nous célébrons durant la messe.

A la messe, il y a donc deux choses essentielles. Il y a l’eucharistie – corps du Christ, présence réelle – et il y a la communauté ecclésiale – corps du Christ, présence réelle. Jésus est en effet réellement présent au monde à travers l’Eglise, la communauté des disciples et à l’Eglise à travers l’eucharistie. Il existe un lien indissociable entre l’eucharistie et la communauté ecclésiale : L’eucharistie édifie l’Église et l’Église vit de l’eucharistie. Ces deux réalités sont au cœur de toute messe, et spécialement de la messe dominicale.
La messe est le rassemblement de la communauté chrétienne. En ce sens, la messe privée n’existe pas. Le prêtre, même lorsqu’il célèbre seul, célèbre avec l’Église et pour l’Église. On ne va pas à la messe comme en va chez le coiffeur pour bénéficier d’un service individuel. On va à la messe pour rejoindre une communauté de croyants avec laquelle on va célébrer ensemble le mystère de notre foi.
La messe est aussi la célébration du sacrement de l’eucharistie au cours de laquelle le pain et le vin sont consacrés pour devenir le corps et le sang du Christ. Enfin, ce rassemblement de la communauté chrétienne et cette célébration du sacrement trouvent tout deux leur point d’orgue au moment de la communion. Dans ce rite, chacun reçoit le sacrement et tous sont unis dans une même communion au Christ.
Mais la question qui se pose à nous est : comment vivre cela, étant donné que nous ne pouvons pas nous rassembler physiquement dans un même lieu ?
La messe est un le rassemblement de la communauté chrétienne : si nous ne pouvons pas nous rassembler dans un même lieu, nous pouvons au moins nous rassembler par la pensée et le cœur. Le fait de nous réunir, chacun chez soi, mais au même moment, pour célébrer ensemble le mystère de notre foi est un véritable acte ecclésial. C’est pour cela que nous tenons à ce que cette messe soit diffusée en direct. La vidéo aide à vivre cette union dans une prière commune malgré la dispersion.
La messe est aussi la célébration du sacrement de l’eucharistie. Ce sacrement est célébré ici, dans l’église de notre paroisse. Le but de la vidéo est de vous aider à vous unir à ce qui se passe ici, dans votre église. Il ne s’agit pas tant de regarder un film que de vous unir à une action liturgique qui se déroule actuellement. La vidéo n’est qu’un moyen. Peut-être certains d’entre vous préfèrerons fermer les yeux pour se contenter d’écouter. Peut-être certains préfèreront se tourner physiquement en direction de l’église st Laurent pour s’unir à ce qui s’y déroule. Peu importe les moyens. Ce qui compte, c’est de chercher à s’unir à ce mystère eucharistique qui se déroule ici et qui édifie notre communauté paroissiale.
Enfin, la messe a comme point d’orgue le rite de la communion. Il est important de se rappeler le lien qui existe entre communion sacramentelle (recevoir l’hostie) et communion spirituelle. La communion spirituelle est la plus importante et la seule absolument indispensable. Celui qui communierait sacramentellement sans se préoccuper de la communion spirituelle pécherait gravement. Inversement, celui qui, sans pouvoir accéder à la communion sacramentelle, chercherait à communier spirituellement au mystère eucharistique en recevrait tous les fruits. Cela ne veut évidemment pas dire que la communion sacramentelle est inutile, bien au contraire. Mais le Seigneur est suffisamment grand pour me permettre d’en goûter les fruits lorsque j’en suis privé contre ma volonté. Ce qui compte, c’est de chercher cette communion intérieure au mystère.

Nous nous retrouvons actuellement dans une situation particulièrement inconfortable et nous attendons tous que celle-ci s’améliore. Mais peut-être ce temps de confinement pourrait-il tout de même nous permettre de redécouvrir certains points importants de notre foi qu’une pratique parfois trop routinière peut avoir tendance à nous faire oublier :
Ce temps peut nous aider à redécouvrir l’importance de la communauté ecclésiale dans notre vie chrétienne : nous ne sommes pas chrétiens individuellement, mais ensemble. Il peut aussi nous aider à redécouvrir l’importance de l’eucharistie comme centre de gravité et cœur de notre communauté ecclésiale. Il peut enfin nous aider à redécouvrir l’importance de la communion spirituelle comme acte essentielle que nous avons à poser durant la messe.
Puisse le Seigneur ouvrir nos yeux durant ce carême si particulier afin que nous puissions en faire un temps de croissance dans la foi, dans l’espérance et dans la charité.

frère Honorat

Auteur :Admin