Informations hebdomadaires 1° dimanche de l’Avent

Catégories : Actualités,Infos hebdomadaires

C’est Jésus lui-même qui a annoncé, dans l’Évangile, « la venue du fils de l’homme ». Les premières communautés chrétiennes pensaient d’ailleurs que le retour du Christ et la fin des temps étaient imminents, et avaient donc pour principale activité de prier en vue de cet événement – Maranatha, “Seigneur, viens !”. Ce retour, désigné par le terme “Parousie” (du grec parousia, “présence”, “avènement”), c’est pour la foi chrétienne l’accomplissement définitif du règne de Dieu sur terre.

Le retour du Christ dans sa gloire viendra clore l’histoire du monde. Mais l’impatience des premiers croyants se heurte à une réalité : le retour du Christ se fait attendre, Jésus lui-même n’avait-il pas dit “vous ne connaissez ni le jour ni l’heure” (Mt 25, 13) ?

Dès lors, les communautés découvrent que le royaume qu’ils attendent est à la fois “déjà là” et “pas encore”. Dans leur vie quotidienne, les chrétiens font eux aussi l’expérience du “royaume”. “Voyez comme ils s’aiment”, disaient ceux qui observent les premiers chrétiens. Mais en même temps, cette vie est encore bien imparfaite.

Aujourd’hui encore, il est impossible de savoir quand aura lieu le retour du Christ. Comme souvent, les critères chronologiques ont du mal à rendre compte de la présence divine dans le monde. D’ici là, les chrétiens se sentent appelés à œuvrer pour la venue du jour de Dieu, à poursuivre leur participation à la création. Il ne s’agit plus de l’attente passive d’un événement extérieur et étranger, mais bien d’une humanité qui devient partie prenante de l’avènement du royaume. Ainsi, attendre le retour du Christ, c’est vivre selon l’Évangile.

Quant à la “fin des temps”, qui coïncidera selon les Écritures avec la Parousie, elle se manifesterait par un temps d’épreuves et de catastrophes : une période “apocalyptique”, c’est-à-dire de “révélation divine”. Ce qui conduit parfois certains illuminés à annoncer la fin du monde dès qu’un dérèglement climatique ou un drame survient. Si les écrits bibliques mentionnent ces événements, c’est parce que, à la manière dont le Christ est passé par la mort pour ressusciter victorieux, son retour triomphal – que nul n’est capable d’imaginer – sera un profond changement. Dire que le retour du Christ surviendra dans un grand bouleversement, c’est faire comprendre que le monde ancien se brise, en quelque sorte incapable de contenir la nouveauté du règne de Dieu. On peut mesurer ce que représente ce passage en le comparant au basculement radical que constitue pour le nouveau-né la sortie du ventre maternel. C’est une semblable traversée qui nous attend !

Il ne s’agit pas d’une fatalité, mais d’une invitation à “faire le bien” et à bâtir l’avenir, plutôt que de rester spectateur. De cette manière, le retour du Christ s’inscrit dans la foi chrétienne, non pas comme un épisode annoncé, mais comme une espérance.

Download (PDF, 2.45MB)

Hors-série 50 clés pour comprendre le Catéchisme de l’Église catholique – p. 22.

Auteur :Admin