Informations hebdomadaires du 26° dimanche du TO – Dimanche 29 septembre 2019

Catégories : Actualités,Infos hebdomadaires

POURQUOI ÉVANGÉLISER ?

Le Christ est le centre du cosmos et de l’histoire : en lui seul se trouvent la plénitude de la vie et du salut, sur la terre comme au
Ciel. Tout homme a urgemment besoin de lui et ceux qui ont eu le bonheur de le rencontrer et de le connaître ont bien sûr la
mission et le devoir de l’annoncer.
– 1. Tout homme a le droit de connaître le Christ. C’est, d’une certaine manière, le premier et le plus fondamental des droits de
l’homme car ce n’est qu’en lui que se trouvent la plénitude de la vie et du salut, ainsi que les réponses ultimes sur le sens de
l’existence et le mystère de l’homme. De quel droit pourrions-nous priver quiconque du Christ Jésus ? Tout homme, toute
communauté et toute l’humanité a radicalement besoin de lui parce qu’il est « la lumière du monde » (Jean 8,12) et parce que
nul ne va au Père que par lui, qui seul est « le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jean 14,6).
– 2. Ce qui est en jeu, à travers le combat de la lumière contre les ténèbres, c’est déjà notre plein épanouissement au niveau
personnel comme au niveau communautaire. Le bien commun des communautés et des sociétés dépend de l’annonce du Christ
qui combat en profondeur le mal et les structures de péché. Toute âme qui s’élève avec lui, élève le monde.
– 3. Le grand enjeu est aussi évidemment le salut éternel de tous les hommes, qui a toujours été vécu comme le motif principal de
l’évangélisation, et qui reste le centre de gravité de toute l’action missionnaire. Le fait que « le Verbe éclaire tout homme » (Jean
1,4) et que Dieu offre à chacun un accès au salut, « par des moyens que lui seul connaît » (GS) ne doit pas faire oublier le
caractère sérieux et dramatique de l’histoire humaine, ni l’efficacité et l’importance pour notre salut de la prière, de la pénitence
et de l’annonce explicite du Christ.
– 4. Beaucoup d’autres objections et alibis contre l’évangélisation ont été entendus et relayés à notre époque très marquée par le
relativisme, mais à la suite du Concile Vatican II, tous les derniers Papes se sont employés avec vigueur à réfuter ces sophismes et
à rappeler l’urgence de l’évangélisation.
– 5. Comme l’a rappelé avec force le Concile Vatican II (Ad gentes, n°2), l’Église est par nature missionnaire comme l’est
inévitablement aussi tout disciple qui a réellement rencontré le Seigneur. L’un comme l’autre ne sauraient dédaigner la mission
sans se renier eux-mêmes et sans renier profondément leur identité et ce qui fait la vitalité de leur foi. Être missionnaire, c’est
imiter le Christ envoyé par le Père. C’est aussi participer à sa mission et la prolonger « pour le salut du monde ». Mgr Biju-Duval

Download (PDF, 1.2MB)

Auteur :Admin